Le sermon arrogant

Sans prétendre être maître ou éveilleur des consciences, je peux affirmer que le sermon arrogant de la coach spirituelle est à la limite de sa grandiloquente morale. Sa bonne conscience juge de haut, se hausse le col et se lave les mains de tout soupçon, elle se croit au-dessus de la mêlée et plein de suffisance. Le besoin d’asservir l’autre est un corollaire pour accroître sa puissance jusqu’au délire le plus égocentrique. Juger les autres elle sait faire, elle le fait même à tour de bras dans des procès d’intentions, et des accusations. D’une façon générale, elle passe son temps à juger les autres, mais elle a horreur d’être jugé. Son prosélytisme  lui fait perdre son esprit critique, et elle se déverse sous couvert d’argument d’autorité sur la toile en s’identifiant à quelques jeux de rôle brûlant et manichéen. Son souci principal n’est plus d’être, mais de paraître ce qu’elle voudrait être, en se montrant comme une guide spirituelle. Ainsi vous l’avez compris son jeu consiste à se mentir à soi-même et aux autres. Il ne s’agit plus vraiment d’enrichir un échange vivant, ni même de composer un point de vue différent, mais surtout de triompher dans une dualité rigide, comme si l’enseignement de Maitri devait tomber tel un couperet. Derrière sa pensée fanatique et sa mentalité rigide, elle ne parvient plus à s’ajuster à la compréhension du présent. Elle préfère garder d’elle-même, cette image outrepassée des sœurs et des frères de l’âme qui jadis lui donnait l’impression de créer du karma positif. C’est comme si aujourd’hui cela pouvait lui rapporter de l’argent qu’elle pourrait mettre à la banque pour les mauvais jours. Ce n’est plus l’éveil spirituel qui l’intéresse, mais ce qui va se passer quand elle existera sous le regard de son auditoire. Son habileté rhétorique la peut être rendu capable de vendre, mais elle a mis en sommeil l’usage de sa bienveillance. Son bien parlé est devenu non seulement ambigu, mais aussi trompeur, et c’est dans cette arrogante certitude que ses sermons enflammés exhortent le chaland dans des commentaires longs qui n’en finissent plus.

C’est une grave illusion de vouloir imaginer que l’on a un titre de propriété sur la vérité parce que l’on promouvoit la voie de la Conscience Universelle. Il y a une grande différence entre ceux qui pensent, ceux qui savent et ce que les autres pensent et savent d’eux. User de la parole pour séduire, persuader et discréditer la réputation de ceux qui sont dans le collimateur, c’est négliger l’humilité devant la vérité et préférer l’arrogance du pouvoir sur autrui que le bien parlé rend possible. Avoir côtoyé des maîtres spirituels est une chose, savoir en retirer un enseignement profitable en est une autre, et pour être capable d’une telle correction, il faut être capable d’une grande humilité en acceptant les critiques gênantes sur sa soi-disante authenticité.

En nous éveillant, nous ne faisons pas que partager des idées pour avoir raison à tout prix, nous partageons aussi des émotions et des sentiments qui nourrissent aussi le Coeur.

B.B © Strasbourg 21/11/15

Les fous de Dieu

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s